A la découverte du patrimoine géologique...

Le territoire  Arvan & Villards possède une diversité géologique étonnante et des sommets singuliers. C’est le terrain de jeu idéal pour observer les massifs et les roches qui les constituent.

Alors prêt à observer nos montagnes sous un nouvel angle ?

Nos Géo Expériences cet été : une immersion au coeur des montagnes

Des accompagnateurs passionnés de nature et de paysages montagnards, vous proposent de partir à la découverte du patrimoine géologique au cours d'expériences riches et captivantes. Voici ce qu’ils vous proposent cet été…

La géologie en Arvan & Villards expliquée simplement

Nos 3 grands ensembles géologiques

La zone cristalline

 

Avez-vous déjà vu des cristaux ? Bien sûr. Qui n’utilise jamais de sucre ni de sel ? Qui n’a jamais vu tomber la neige ? 

Les cristaux de sucre
Les flocons de neige

Ici nos cristaux sont un peu différents de ceux que vous rencontrez dans la vie de tous les jours.

 

Qu’est-ce qu’un cristal ?

 

C’est un ensemble d’éléments assemblés de façon régulière. En géologie, les cristaux naissent lorsque le magma refroidit très longtemps en profondeur avant d’atteindre la surface de la Terre. Ils forment alors des petites tâches sur les roches. 

Le quartz ou "cristal de roche"

Chez nous, les roches cristallines constituent nos montagnes les plus hautes, la chaîne des Grandes Rousses avec le Pic de l’Etendard culminant à 3464 mètres d’altitude. On les retrouve aussi un peu plus bas au niveau du Grand Châtelard (2143 mètres). Elles forment alors un socle dur. La roche principale, le granite, recèle quelques trésors : les cristaux de quartz. 

Le socle granitique du Grand Châtelard (sur la droite de la photo)

La zone marneuse

 

La mer dans les Alpes ? Eh oui, il y a fort longtemps, les Alpes étaient … sous l’eau !

Les Alpes sous ... la mer !

Alors comme à la plage, les montagnes sous-marines étaient recouvertes de divers éléments comme...

Le sable

 

Mais d’où vient-il ? C’est un mélange hétérogène de morceaux de roches retirés aux montagnes par la pluie, le vent et plein d’autres éléments naturels qui sont ensuite broyés en petit morceaux. Comme quoi la planète ne cesse d’évoluer : des montagnes remplacent parfois la mer puis elles sont petit à petit grignotées pour retourner dans la mer. Bien sûr cela ne s’est pas fait en 1 jour !

Du sable

Le sel

 

Revenons à nos cristaux … dans la mer il y a du sel me direz-vous. Si généralement le sel se dissout dans l’eau et devient invisible à l’œil nu, en profondeur il pouvait lui arriver de se solidifier. Il se déposait alors sur les roches au fond de l’eau pour former par exemple du gypse. 

Du sel

Le calcaire

 

Dans la mer vivent aussi des animaux, des coquillages et des coraux qui ont assimilé du calcaire dans leurs organismes et leurs carapaces. Lorsque ils meurent, le calcaire se dépose au fond de l’eau pour former des roches calcaires. 

Des coquillages riches en calcaire

Une petite question : où se trouvent les plus hautes falaises de France ?

 

A la mer : FAUX. A la montagne bien entendu !

 

Venez observer la Croix des Têtes, plus hautes falaises calcaires de France, faisant face à l'Arvan.

La Croix des Têtes, plus hautes falaises calcaires de France

Ce mélange de sable, de sels minéraux et de calcaire a formé un sol constitué de couches argileuses et calcaires. Les Alpes ont ensuite émergé. Si ces roches n’ont pas permi la formation de cristaux visibles à l’œil nu, elles sont fortement propices à la végétation, ce qui donne un aspect de velours aux paysages. On les retrouve notamment au Mont Charvin, à l’Ouillon et à la Cime des Torches.

Le Mont Charvin, zone marneuse recouverte de végétation

La zone de flysch

 

Parfois à la montagne, des avalanches se produisent. Quand les Alpes étaient sous la mer c’était pareil : tous les 100 000 ans environ des « avalanches de mer » avaient lieu. 

 

Une avalanche

Cela donnait alors un mélange étonnant de roches : le flysch. C’est dans cette formation rocheuse compacte si particulière qu’ont su s’imposer les hardies Aiguilles d’Arves à plus de 3500 mètres d’altitude.

Les flysch des Aiguilles d’Arves

Un peu d'histoire pour les passionnés

Premier acte : le plissement hercynien (-500 à -250 millions d'années)

 

Les plaques européennes et africaines entrent en collision et fusionnent. Une chaîne de montagnes apparaît. Les mouvements de pression et de chaleur transforment les roches en profondeur pour former un socle cristallin principalement en GRANITE.

 

Deuxième acte : envahissement par la mer (-250 à -100 millions d'années)

 

Le socle s’érode et la région est envahie par la mer. Des particules se déposent sur le socle cristallin pour former des strates, des couches géologiques homogènes, de roches sédimentaires : les GYPSES, les DOLOMIES et les CARGNEULES. Les plaques s’étirent, des blocs se détachent et s’effondrent. Au fond de cette mer plus profonde se déposent alors les ARGILES et les roches CALCAIRES.

 

Des « avalanches de mer » ont lieu environ tous les 100 000 ans. Le schiste des sommets glisse et se mélange petit à petit aux roches sédimentaires. Une structure mixte se forme alors : le FLYSCH.

 

Troisième acte : rapprochement et plissement (-100 à 0 millions d'années)

 

Les mouvements de compression créent une croûte terrestre très épaisse ce qui provoque ensuite le soulèvement des montagnes par la poussée d’Archimède. Celles-ci sont remodelées par divers phénomènes naturels : des plis, des failles, des actions chimiques… et plus récemment par les épisodes de grandes glaciations qui ne cessent de grignoter les sommets. 

La combe Genin, creusée par l’érosion des glaciers

Quelques sites incontournables

Les Aiguilles d’Arves : sommet emblématique des Alpes et facilement reconnaissable constitué de flysch et de roches sédimentaires. Le plus haut sommet du territoire, l’Aiguille Méridionale d’Arves, culmine à 3514 m. 

Les Aiguilles d'Arves

Les cheminées de fée (ou demoiselles coiffées) : façonnées dans les moraines des glaciers, des blocs ont réussi à lutter contre l’érosion et à s’ériger vers le ciel tels des statues. Parfois seules comme le moine de Champlan, parfois regroupées à l’église de Saint Jean d’Arves elles peuvent mesurer jusqu’à 25 mètres de haut. 

Le moine de Champlan

A la découverte des fossiles : des animaux marins disparus ont parfois laissé des traces de leur passage sur notre planète. Saurez-vous reconnaître les fossiles laissés par les Ammonites et les Bélemnites, ces animaux autrefois proches de la sèche ou du nautile ?

Le nautile, animal marin existant
Un fossile de Bélemnite, animal marin disparu

La cathédrale de Saint Jean de Maurienne : les roches ne façonnent pas que de jolis paysages, ce sont aussi des matériaux de construction très utiles. Les anhydrites, roches bleues exploitées dans la région, ont servi à ériger les colonnes soutenant la charpente du monument. 

La cathédrale Saint Jean-Baptiste de Saint Jean de Maurienne et ses colonnes en anhydrite

Le col de la Croix de fer : vallées en U, roches moutonnées, tourbières et lacs de montagne comme le lac Guichard. Autant d’éléments à observer qui témoignent du passage d’anciens glaciers.  

 

Le col de la Croix de Fer et son socle granitique
Le lac Guichard face aux Aiguilles d'Arves
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© S.I.V.A.V. 2015 - 82, avenue des Clapeys 73300 St Jean de Maurienne 04.79.64.09.38

Edito

Le comité syndical du Syndicat Intercommunal Mixte des Vallées de l'Arvan et des Villards et ses délégués communaux sont heureux de vous accueillir sur le site internet du SIVAV. Celui-ci doit vous permettre de vous informer et de vous convaincre de l'utilité de cette institution créée en 1960 et qui a toujours travaillé au service du territoire depuis ces années pionnières en matière de tourisme et de soutien à l'agriculture de montagne.

Les opérateurs du tourisme, les agriculteurs et les autres acteurs économiques peuvent ainsi s'informer de nos actions et de nos perspectives pour les relayer, se les approprier et en bénéficier pleinement.

Bonne navigation à toutes et à tous !

 

Bernard COVAREL

Président du SIVAV